Accueil du site / Home_fr / Actualités / Du côté des auteurs / WE du doc : la Scam présente

Lors du WE du Doc, qui se tiendra du 19 au 22 novembre 2015, la Scam offrent des bourses aux auteurs qui souhaitent présenter leur film et débattre avec le public. Farandole de trailers de documentaires à découvrir en Wallonie et à Bruxelles.

Le Week-end du Doc

Créé en 2013 à l’initiative du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel, le Week-end du Doc ambitionne de valoriser le cinéma documentaire belge francophone dans un esprit de convivialité. L’édition 2015 se tiendra du 19 au 22 novembre : d’ores et déjà les opérateurs participants vous donnent rendez-vous à Bruxelles et en Wallonie autour d’une programmation touffue.

La Scam soutient cette initiative en permettant aux structures qui en font la demande d’inviter l’auteur à présenter et à débattre autour de son œuvre. Sur les pas de leurs réalisateurs, un florilège d’œuvres à découvrir.

Ne manquez pas

Les auteurs soutenus par la Scam lors de cette édition émerveillent par leur profondeur formelle, leur patience, leur empathie. Ils se glissent dans des lieux à priori inhospitaliers pour en tirer une vérité sociétale (La Nef des fous, Bureau de chômage), réfléchissent la mémoire et la mort véhiculées par les images d’archives (Mort à Vignole), réflexions parfois étayées par une véritable enquête (S’enfuir, Que sont-ils devenus ? Nos rêves, La part de l’ombre). Le destin des autres, des aypiques (La peau de l’autre), des engagés (Les liberterres), des démunis (Do the Writing) les appelle et nous questionne.

Au Centre Culturel de Tubize
Joachim Thôme présente S’enfuir, trailer : https://vimeo.com/105705345

Albert Huybrechts est un compositeur belge né en 1899. Prisonnier de ses origines prolétaires et d’une famille aliénante, la musique fut son salut, sa fuite. Sa mort prématurée à 38 ans ne lui laissa que peu de temps pour faire entendre ses compositions, pourtant magistrales. Aujourd’hui, on redécouvre son œuvre et sa vie singulière, comme une lettre qui aurait glissé sous un meuble.
À partir d’un témoignage écrit par le frère du compositeur, le film développe une forme libre, mélange de voix, de musique, d’inventions et de réel. S’ensuit une plongée troublante et émouvante dans l’intimité d’un des plus grands artistes belges du XXème siècle.

Au Centre Culturel d’Eghezée
Olivier Smolders présente La part de l’ombre*, trailer : https://vimeo.com/82776781 et Mort à Vignole** : https://www.youtube.com/watch?v=QhzTpkt-7E4 (entier)

* Le jour du vernissage d’une importante exposition de ses œuvres, le 4 janvier 1944, le photographe Oskar Benedek disparaît sans explication. Plus de soixante ans plus tard, une enquête met au jour son étrange histoire.

** À l’occasion d’un film de famille tourné à Venise, un cinéaste interroge la façon dont les images familiales interviennent dans les histoires d’amour et de mort.

Paul-Jean Vrancken présente Les liberterres, trailer : http://www.lesliberterres.com/#trailer

Les Liberterres suit le parcours de 4 paysans qui ont tourné le dos, définitivement, aux méthodes de l’agriculture conventionnelle. Rebelles et passionnés, ils résistent à tous ceux qui veulent sonner le glas de leur liberté. En contrepoint, des archives nous font voyager en noir et blanc dans une époque où la Science, croyait–on, allait définitivement sauver le monde de la faim et de la malnutrition. Des paysages d’Europe et d’Afrique aux 4 saisons, des personnages émouvants et provocants, des histoires qui s’entrecroisent pour parler un seul langage : la terre libérée.

Au PointCulture de Charleroi

Valérie Vanhoutvinck présente Do the writing, trailer : https://vimeo.com/65886122

Do the Writing rencontre Mohamed Moussaoui, écrivain public et met en lumière différents aspects de sa pratique. Le film s’attache à suivre les journées et activités de Mohamed dans le cadre des permanences et ateliers d’écriture qu’il anime dans la région de Charleroi en Belgique.

Au Centre culturel de Genappe

Faïza Boumedian présente Que sont-ils devenus ? Nos rêves , trailer : https://vimeo.com/95512971

Que sont-ils devenus ?…
Ces trois gamins d’origine marocaine qui témoignent, dans des archives de 1970, de ce qu’ils souhaitent devenir plus tard. Leurs réponses sont pleines d’espoirs et de projets. L’un voudrait devenir ingénieur, l’autre électricien et le troisième travailler dans un bureau. Mais que sont-ils devenus aujourd’hui ? Après une longue enquête, la réalisatrice Faïza Boumedian, marocaine d’origine, est allée avec une caméra à la rencontre de ces trois hommes, et de leur vie pleine d’embûches, de tourments et de déception.

Au PointCulture de l’ULB

Éric d’Agostino présente La Nef des fous, trailer : https://vimeo.com/109110223

Ils ont commis des actes graves, délictueux ou criminels. La justice les a jugés irresponsables de leurs actes au moment des faits. Ils sont internés et incarcérés pour une durée indéterminée entre les murs de l’annexe psychiatrique de la prison de Forest. La nef des fous nous plonge au cœur de cellules où l’humanité semble avoir été oubliée. En confiance, les détenus se révèlent et nous livrent leurs espoirs plus ou moins réalistes d’être libérés un jour…

Au PointCulture de Bruxelles

Yves Mora présente La peau de l’autre, trailer : https://www.youtube.com/watch?v=vtb0t9dsBlk

Pour Jef et Kostek, artistes-tatoueurs, tatoueurs-artistes, le tatouage est bien plus que de laisser des aiguilles encrées sillonner les corps. Ils créent un pont entre le monde de l’art et la vie quotidienne, réinventant les rapports à l’autre, les rapports au corps et entre les corps. Ainsi, ils répandent à travers le monde une fresque singulière, de peau en peau, passeurs de rêves et de libertés. Le film suit les traces d’une œuvre d’art nomade gravée sur la peau, une découverte intensément humaine. Tourné à Bruxelles, Berlin, Paris, Lyon, Strasbourg, Athènes, Prague, Oslo, Bergen, Stockholm…

Cinéma Plaza, Mons et Cinéma Aventure, Bruxelles

Charlotte Grégoire et Anne Schiltz présentent Bureau de chômage, trailer : https://vimeo.com/141417524

Une administration, des bureaux cloisonnés, des personnes assises en vis-à-vis. D’un côté de la table, des chômeurs. De l’autre, des contrôleurs. L’enjeu des entretiens : le maintien des allocations de chômage. S’y opposent la rigidité de la procédure à la singularité des hommes et des femmes qui y sont soumis. La vie, leur vie, est un tissu d’histoires. Le film interroge le sens du travail aujourd’hui, et ce, dans un monde où l’emploi est de plus en plus précaire, où l’insécurité des travailleurs et des chômeurs est de plus en plus grande, où le modèle de l’Etat-Providence se réduit comme peau de chagrin.

Dans la même rubrique

Liens utiles