Accueil du site / Home_fr / Actualités / Du côté des auteurs / Nouvelles grandes lignes de la politique culturelle de Joëlle Milquet et réactions de professionnels du monde de la culture et des arts.

Le moment était particulièrement attendu dans ce contexte de violences contre la liberté de création, de tensions communautaires , de restrictions budgétaires et sociales. Les auteurs et porteurs de projets se sont montrés responsables, solidaires, conscients de leurs valeurs et de leurs missions « de civilisation » pour reprendre la formule de la Ministre.

D’une façon générale, la profession, soucieuse de son devenir, a montré sa créativité et rappelé la singularité du travail d’artiste qui ne peut être assimilé aux fonctions de médiation. La Ministre s’est voulue concentrée sur les enjeux majeurs, sans oublier de se faire concrète à plusieurs reprises, rassurante à plus d’un point. Reste à savoir si elle trouvera les moyens de ses ambitions, et le soutien de sa majorité politique pour « bouger les lignes »…

La rencontre a été l’occasion de lancer une grande concertation. Un processus qui débutera le 27 février prochain « ouvert à tous ceux qui veulent y participer » autour des 5 axes de sa nouvelle politique. Des propositions qui s’inscriront comme « un trait d’union entre le passé et l’avenir ».

1/ Remettre l’artiste et l’auteur au centre des préoccupations institutionnelles. Recentrer l’accompagnement personnalisé complet qui assure l’harmonie d’un « parcours artistique », et adopter un plan de soutien dans toutes les disciplines, allant de l’apprentissage à la réalisation, de l’écriture à la promotion et l’exportation. L’accent est aussi mis sur la valorisation de « l’auteur belge ».
Quelques pistes abordées : Améliorer la promotion des artistes et de leurs œuvres, créer des lieux d’expérimentations, proposer des nouveaux dispositifs de formation continue, imposer une part artistique augmentée dans les futurs décrets et contrats-programmes, agir avec le fédéral pour le statut des artistes, développer un programme d’action pour l’emploi…

2/ Elaborer un plan culturel numérique francophone. L’usage des technologies ne peut pas seulement se satisfaire des stratégies marchandes et des besoins consuméristes. « Il faut répondre aux défis de la globalisation et de la numérisation par l’investissement dans la création de qualité de contenus innovants. _ C’est cela le rôle d’une politique culturelle de la Fédération. C’est la bonne riposte aux distributeurs numériques car "le contenu est l’essentiel « Content is the key ».
Quelques pistes abordées : Adapter nos outils à la culture numérique, créer une plate-forme collaborative avec des dynamiques transversales, s’inscrire dans l’économie créative, accompagner la révolution numérique dans le secteur du livre notamment, proposer de nouveaux canaux de diffusions, faire émerger la création numérique et ses auteurs…

3/ Décloisonner la Culture. Nos publics évoluent, notre société est plurielle, interculturelle, pourtant nombre de citoyens croient encore aujourd’hui que la culture ne leur est pas destinée. L’offre artistique doit pouvoir répondre à ces changements et doit donc être soutenue pour élargir sa diversité.
Quelques pistes abordées : Créer du lien sans imposer une culture convenue, mais en cherchant le dialogue vrai, penser à rendre la culture accessible dans son aspect financier, poursuivre l’éducation permanente pour une meilleure compréhension des enjeux démocratiques, travailler en réseaux…

4/ Conclure une nouvelle alliance Culture-Ecoles. Les arts doivent être intégrés dans les cursus éducatifs, par cette voie sensibiliser et investir dans les valeurs démocratiques de demain. De la petite enfance aux études supérieures c’est de l’ensemble l’enseignement qui doit être revu.
Quelques pistes abordées : Revoir le décret culture-école pour le densifier, renforcer les objectifs et les moyens d’actions, le généraliser à toutes les disciplines, améliorer la collaboration entre les académies et l’école, repenser notre offre d’enseignement supérieur artistique, réviser certains contenus de programmes…

5/ Réformer la gouvernance des politiques culturelles. Pour que la FWB puisse répondre de la manière la plus pertinente et efficace, sortir du « médiévalisme », des logiques de châteaux forts face à toutes les évolutions.
Quelques pistes abordées : Décloisonner les institutions et optimaliser leur fonctionnement, mutualiser l’action des pouvoirs publics, augmenter la coopération entre les différents opérateurs, créer des accords de coopération culturelle entre nos communautés, simplifier les démarches dans l’approche territoriale, revoir certaines instances d’avis…

Retrouver les réactions des professionnels du monde de la culture et des arts :

Jaco VAN DORMAEL Cinéaste.

Jean Louis COLINET – Directeur du Théâtre National de Belgique et Directeur du Festival de Liège.

Alexandre CAPUTO - Président du CAPT, conseiller artistique du Théâtre National/ Bruxelles et dirige le festival XS

Gabriella KOUTCHOUMOVA - Chorégraphe, danseuse, enseignante, et Directrice du Pôle de recherche chorégraphique.

Jamal YOUSSFI - Auteur, comédien, metteur en scène, et directeur artistique de La Compagnie des Nouveaux Disparus.

Jacques REMACLE - Administrateur délégué de l’ASBL Arts&Publics.

Luc JABON – Cinéaste et Président du Comité belge de la SACD.

Alok NANDI – Auteur, réalisateur multimédia et Président du Comité belge de la Scam.

Frédéric YOUNG – Délégué général pour la Belgique de la SACD/Scam.

Retrouver toutes les propositions de la Ministre, participer à la discussion, et proposer des idées sur le site : http://www.tracernospolitiquescultu… opérationnel à partir du 27 février prochain !

Voir en ligne Retrouver l’entièreté du discours de la Ministre :

Dans la même rubrique

Liens utiles