Accueil du site / Home_fr / Actualités / Du côté des auteurs / Les Unes Fois d’un Soir reviennent

Les Une Fois d’un Soir reviennent ! Après une éclipse momentanée, le festival des Arts de la Rue aura lieu le 24 septembre à Huy. Nouveaux partenariats, nouvelle ville, l’événement a mûri mais conserve la même exigence. Luc de Groeve, son directeur, évoque cette renaissance.

Les Unes Fois d’un Soir, festival des Arts de la Rue, est apparu en 1991. Il a connu 15 éditions et 3 villes d’accueil en 25 ans. Aujourd’hui, après une éclipse momentanée, les UFDS s’associe avec Latitude 50* et prend une nouvelle dimension. Tout en gardant la programmation diversifiée et sans concessions qui est sa marque de fabrique. Luc de Groeve évoque les changements qui donnent au festival une nouvelle force.

Les Unes Fois d’un Soir reviennent. Une sorte de miracle ?

LdG : Oui, on peut parler de ça. Le festival a failli disparaître définitivement. Les spécificités de cet événement le rendent très fragile, à savoir la gratuité, l’organisation par une asbl indépendante, l’exigence de programmation, la volonté de s’inscrire réellement dans la ville, etc. Tout cela fait qu’il ne rencontre pas les formats du fonctionnement de la culture en FWB. De plus, un festival de Rue implique beaucoup de partenaires différents : responsables politiques locaux, commerçants, population (même celle qui ne vient pas au festival), secteur associatif… Il faut trouver un terrain commun, faire comprendre que l’on va organiser le désordre l’espace d’une journée mais que tout va bien se passer !

Est-ce que le festival a changé de formule ?

LdG : Pas vraiment, même si on ne fait pas les choses de la même manière dans une ville comme Huy ou à Lessines où se situait le festival avant. C’est un autre tissu social et urbain, une autre population, un autre passé. On ne raconte pas la même histoire dans deux villes tellement différentes.

Qu’apporte le partenariat avec Latitude 50 ?

LdG : Il a été salutaire. C’est Latitude 50 qui a sauvé les Unes Fois d’un Soir. Le rapprochement entre les deux asbl a du sens car on parle le même langage, on défend un même secteur. L’époque est à la rationalisation et à la mise en commun. Ce n’est pas forcément une contrainte, mais plutôt une force ! C’est également Latitude 50 qui a convaincu les autres partenaires comme le centre culturel et la ville de Huy, qui a osé se lancer dans le projet avec des politiques locaux faisant preuve d’une audace à saluer.

20 compagnies, ce sont 20 lieux différents dans la ville ?

LdG : Tout d’abord 20 compagnies c’est une exigence en termes de quantité et de diversité de démarches artistiques à laquelle Les Unes Fois d’un Soir veut répondre.
Cette année le festival sera très concentré en centre-ville car il faut présenter l’événement au public en espérant qu’il y adhère. Pour la suite, la ville de Huy offre de multiples possibilités : un cloître, une basilique, un château fort, bref de quoi s’amuser !

Avec la présence de nombreux auteurs SACD et notamment celle de la péniche spectacle Le Ventre de la Baleine, scène d’ouverture et accueil aux artistes du festival.

* Latitude 50, Pôle Arts du Cirque et de la Rue

Dans la même rubrique

Liens utiles