Accueil du site / Home_fr / Actualités / Activites culturelles / Le traducteur comme pièce de résistance

Traduire est une embrassade (de l’autre en tant qu’autre), un acte de création, une acceptation (l’essentiel dans le langage est tu), c’est un deuil (de l’équivalence parfaite), une ouverture (au multiple chant des langues). Pour rendre hommage à ce métier qui révèle ce qu’il y a de meilleur en nous (curiosité, ouverture, scrupule), BELA et le BdA vous convient cet automne à une soirée découverte, en compagnie de traducteurs chevronnés et de leurs amis - auteurs et lecteurs (venez nombreux).

Pour se mettre quelque chose sous la dent en cette rentrée automnale, et parce que nous savons qu’il y a dans le milieu de la traduction des témoignages à partager, des mots nécessaires que nous avons envie de faire connaître, BELA et le Bilan des Auteurs (BdA) de la SACD-Scam vous convient à une rencontre littéraire autour de la figure du traducteur comme pièce de résistance.

Car le traducteur négocie. Avec l’auteur originel, avec les langues qu’il pratique, mais aussi, c’est peut-être mal connu avec l’éditeur.

Et le traducteur résiste, parfois au prix de la rature de son nom dans le carnet d’adresses, pour faire valoir le texte qu’il défend. Il se bat pour le sens, contre la facilité, le lissage et la vitesse de la lumière (à laquelle il doit travailler). Bref, comme tout auteur, le traducteur se bat pour l’intégrité du texte et une certaine idée de la littérature.

La rencontre que nous vous proposons a pour but de sonder cette profession. Du plus pratique au plus transcendant : "la traduction, cette hospitalité langagière," dit François Ost « est notre seule alternative à la barbarie. » Le traducteur est celui qui part à la découverte du "soi-même comme un autre", à rebours de ceux qui attendent - et sont prêts à exiger - de l’autre de se mouler en alter ego délesté de sa part d’inconnu. Des mots qui résonnent plus fort aujourd’hui.


Avec la participation de

Marie Hooghe, lauréate du Prix Scam 2014 pour la traduction,
Édith Soonckindt, auteure et traductrice,
Alain Van Crugten, auteur et traducteur,
François Ost, juriste et philosophe, vice-recteur des Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles, auteur de Traduire, défense et illustration du multilinguisme (Fayard).

Une rencontre animée par Ysaline Parisis, journaliste au Focus Vif/L’Express.

Organisée par BELA et le Bilan des Auteurs (BdA) de la SACD-Scam.

Le mercredi 14 octobre à 20h à Passa Porta, rue Antoine Dansaert, 16 à 1000 Bruxelles.

Un drink sera offert à l’issue de la rencontre.

Merci de confirmer votre présence à communication sacd-scam.be. Pour tout autre renseignement, contactez Maud Joiret (BELA) @ mjoiret bela.be et Anita Van Belle (BdA) @ ava sacd-scam.be

Dans la même rubrique

Liens utiles