Accueil du site / Home_fr / Actualités / Du côté des auteurs / Le cinéaste André Dartevelle s’en est allé !

Françoise Wolff,
Présidente du Comité belge de 2001 à 2009 et membre du Conseil d’administration de la Scam de 2001 à 2011 apporte son témoignage

André Dartevelle et La Scam

J’étais présidente, lorsqu’André s’est présenté aux élections de la Scam en 2007. C’était pour lui une évidence, continuer son parcours de documentariste engagé. La Scam était le lieu du combat du droit d’auteur et du soutien à la création, c’est donc là qu’il voulait et pourrait agir.

Lorsqu’en 2008 la RTBF était en train de négocier la numérisation de ses archives avec une société extérieure, André alerta le Comité en revendiquant la place et le rôle des auteurs dans ce « trésor universel ». Il a alors publié une carte blanche pour « une sauvegarde complète des archives » en demandant avec force que les auteurs, qui les avaient constituées, aient « un droit de regard et d’accompagnement » sur ce qui était en quelque sorte le témoin en sons et images de notre histoire récente.

Nous avons suscité un grand mouvement et sous la houlette d’André nous avons organisé des réunions pour inciter les auteurs et réalisateurs à identifier leurs œuvres et à les déclarer à la Scam. Les questions de conservation, de transfert, de sélection, tout a été abordé et, grâce à la collaboration d’Eric Loze que je remercie, le travail a été mené à bien. En plus de cet apport formidable, la participation d’André au sein de la Commission audiovisuelle fut stimulante. Dans la pression pour la reconnaissance et la diffusion du documentaire à la télé, dans le choix des films proposés à nos soirées de projection de documentaires, ou encore dans les rencontres que la Scam organisait au sein de « Filmer à Tout prix ». Que de discussions passionnantes et exigeantes nous avons eues entre les membres audiovisuels autour de recherche de thèmes, de choix de participants, d’extraits à montrer ! Dans la foulée du droit à l’image, nous avons abordé Filmer l’Autre, la mise en péril tant pour l’auteur que pour le sujet filmé, Vérité et mensonge, les images d’archives dans le cinéma documentaire et là encore la grande culture d’André fut des plus précieuses.

Membre pendant 4 ans du Jury Brouillon d’un rêve, bourse originale de la Scam de soutien à un projet d’auteur avant même qu’un producteur ou une chaîne ne s’y retrouvent, André a adoré ce travail, car là était la relève, et là aussi notre mission.

Témoin, passeur, ce véritable anthropologue de la mémoire, a mené par ses reportages et documentaires une lutte contre l’oubli en pratiquant comme il l’a revendiqué « la remémorisation, cet outil mental qui permet à la mémoire de se libérer par la parole, et avec le corps de vibrer en accord avec lui ».

Merci André.

Françoise Wolff

Historien de formation, issu de l’ULB, le documentariste, membre de la Scam depuis 1992, avec le grade de Sociétaire depuis et par ailleurs membre très actif du Comité belge (de 2007 jusqu’à aujourd’hui), André Dartevelle s’est éteint ce samedi 14 mars à l’âge de 70 ans. Reporter de grandes émissions durant 33 ans à la RTBF (il réalisa plus de 150 reportages pour notamment : Neuf Millions Neuf, Faits Divers, A Suivre, Strip Tease,…), il s’était orienté par la suite comme réalisateur/producteur indépendant, principalement pour ARTE et avait parallèlement enseigné « L’histoire du documentaire à la télévision » à l’INSAS.

Au cours de sa longue carrière, il a collaboré avec des cinéastes comme Michel Khleifi, Gérard Corbiau et Manu Bonmariage. Ses thèmes de prédilection étaient la Seconde Guerre mondiale, l’art et les conflits dans le monde, son approche avant tout historique et sociale. Sa filmographie comprend entre autres Bruxelles Réquiem (1993), la série A mon père résistant (1995), Chômeur pas chien (1999), Léni la vie après la mort (2004).

Trois journées d’Août 1914 (2014) fut sa dernière réalisation. « Ce film s’intéresse à la dette que nous avons envers les trois générations qui nous ont précédés dans une guerre qui leur a été imposée en août 1914, et ne s’est terminée qu’avec l’effondrement du Reich millénaire en 1945. » Il avait été projeté en novembre dernier au Festival Internationl de Cinéma documentaire Millenium à Flagey au cours d’un hommage qui lui avait été rendu.

André Dartevelle a œuvré pour la nécessité de sauvegarder et de gérer le patrimoine audiovisuel considéré comme sources historiques à part entière, il disait à ce propos :

« La mémoire se construit de plus en plus avec ce que l’audiovisuel a produit. Tout ce que les télévisions ont produit en cinquante ans représente une masse d’archives exceptionnelles sur la société contemporaine. Le grand problème consiste à gérer ces archives ! Comment les sauvegarder pour qu’un jour ces images puissent jouer leur rôle, pour qu’elles fassent le lien entre une mémoire vivante et l’Histoire ? La mémoire doit nourrir l’Histoire et pas le contraire. »

André a aussi pu terminer d’écrire ses mémoires à temps…

Un documentaire est actuellement en développement.

Le samedi 21 mars à 11h , sa veuve, Emmanuelle Dupuis, vous invite à venir pour rendre hommage à André Dartevelle. Ce ne sera pas une cérémonie religieuse bien qu’elle se déroulera en l’Eglise Sainte Alène, avenue des Villas 51 à Saint-Gilles."

Voir en ligne Voir sa filmographie :

Dans la même rubrique

Liens utiles