Accueil du site / Home_fr / Actualités / Du côté des auteurs / Etoiles 2015 de la Scam

Près de 400 œuvres concouraient aux Étoiles de la Scam (France) cette année. Trente auteurs ont été récompensés pour la singularité de leur regard posé sur le monde. Parmi eux, trois documentaristes belges : Inès Rabadan, Yaël André et Jorge Léon. Vous souhaitez concourir ? Présentation des Étoiles 2015 et rappel des conditions.

Étoiles Scam 2015, la dixième édition

Le 10e jury des Étoiles de la Scam était présidé par Stan Neumann et composé de Philippe Baron, Floriane Devigne, Jean-Robert Viallet et Geneviève Wiels. Ce jury a couronné 30 documentaires remarquables. Parmi eux figurent les oeuvres de trois documentaristes belges : Karaoké domestique d’Inès Rabadan, Quand je serai dictateur de Yaël André et Before we go de Jorge Léon.

La RTBF, qui a co-produit Quand je serai dictateur, Before we go et acheté Karaoké domestique pour diffusion, figure également au palmarès en tant que coproductrice de Standard, un documentaire consacré aux aficionados du club de Sclessin, réalisé par un journaliste et un réalisateur français, Brieux Ferot et Benjamin Marquet. Ces trois Étoiles placent la RTBF à égalité avec France 5, en seconde place après ARTE (8 étoiles), et entérinent le fait que les télévisions nationales prennent désormais le pas sur les télévisions locales en termes de productions primées.

Les 30 Étoiles seront programmées en présence de leurs auteurs au Forum des images, les 7 et 8 novembre prochain. Tous les films ont été dotés d’un montant de 4.000€.

Les oeuvres primées

Karaoké domestique

"Karaoké domestique est un documentaire expérimental qui bouleverse avec brio les codes cinématographiques à l’aide d’une question sociologique simple : quel lien se crée entre les maîtresses de maison et les femmes de ménage qu’elles emploient ?" Le magazine Karoo incite le public à aller découvrir cette pépite documentaire très éloignée des standards hollywoodiens, mais ne dévoile pas l’originalité du dispositif mis à l’oeuvre dans ce documentaire.

Bozar, qui l’a projetté, l’explicite : "Karaoké domestique est à la fois une performance et une expérience. Trois « couples » de femmes, dont l’une s’occupe du travail ménager de l’autre, sont interviewés pour la caméra par la réalisatrice au sujet de l’organisation et de la hiérarchie complexe qui règne dans une maison. Curieusement, les femmes de ménage ne voulaient pas jouer le jeu, à tel point qu’Inès Rabadan a dû trouver une solution pour qu’elles puissent raconter anonymement leur histoire. Dans Karaoké domestique, nous entendons la voix des femmes de ménage mais nous voyons la metteur en scène qui les imite jusque dans leurs moindres expressions."

Quand je serai dictateur

"Quand je serai dictateurde Yaël André est tissé de films de famille ou de vacances en 8 mm et en super-huit (des années 1940 à aujourd’hui) qui avaient fini au rebut - et que la réalisatrice a patiemment collectées pendant dix ans -, et d’images prises par la réalisatrice elle-même qui avait filmé dans ce format aux "images veloutées" des morceaux de son quotidien." Ainsi le présente ARTE, qui l’a diffusé et a également co-produit le web documentaire Synaps, dérivé du même matériau.

Quand je serai dictateurou le projet d’une ’non-autobiographie’. "Et si, à l’autre bout de l’univers, naissaient à chaque seconde d’autres mondes contenant d’autres possibilités de nos vies ?" se demande la réalisatrice. "Quelles seraient alors toutes ces vies que je n’ai pas vécues ? Aventurière, psychopathe, mère exemplaire, chef comptable, homme invisible ? Sur ce prétexte fictionnel – qui fonctionne en autant de chapitres que de mondes parallèles –, le film déroule l’air de rien l’histoire de Georges : notre rencontre, sa folie et ce qu’il est probablement devenu dans un autre univers. Car l’enjeu profond du film est la question du deuil : comment se déroule ce souterrain travail ? À l’image, le film emmêle les fils de la fiction et du documentaire, du vrai et du faux, du mien et de l’autre, de la comédie et du drame…"

Before we go

"Le film est né de rencontres déterminantes avec les résidents d’un centre de soins palliatifs à Bruxelles qui accueille, hors de tout acharnement thérapeutique, des personnes en fin de vie", précise Jorge Léon. "Depuis quelques années, les responsables de ce centre m’invitent à y organiser des ateliers de création. Lorsque j’ai proposé aux résidents d’explorer le thème de la mort, leur forte adhésion et leur engagement ont fait naître la possibilité d’un film. J’ai proposé aux participants de quitter l’espace thérapeutique et de migrer vers l’Opéra, lieu emblématique de la représentation du tragique.

Des amis chorégraphes, acteurs et musiciens nous ont rejoint et ensemble nous avons tenté de donner forme à des questions, des espoirs et des peurs que la fin de vie engendre… Before We Go nous plonge au coeur de cette expérience."

Envie de concourir ?

Si votre œuvre a été diffusée entre le 1er janvier et le 30 juin 2015, vous devez déposer votre dossier de candidature aux Étoiles avant le 31 juillet 2015.

Pour être prises en considération, les œuvres doivent avoir été diffusées, pour la première fois, entre le 1er janvier et le 31 décembre 2015 en France, en Belgique, au Canada francophone et également en Suisse - et déclarées au répertoire de la Scam.

Les documentaires, reportages, séries, films institutionnels, web documentaires et œuvres d’art numérique (y compris génériques ou vidéos de création…) sont appelés à se présenter.

Voir en ligne Site de la Scam France

Dans la même rubrique

Liens utiles

Documents à télécharger